Les risques bucco dentaires et tabagiques

Les risques bucco-dentaires

Lors d’une anesthésie générale avec une assistance ventilatoire, le médecin anesthésiste va introduire dans votre gorge lors de votre sommeil une sonde d’intubation ou un masque laryngé à l’aide d’un laryngoscope.

L’ensemble de ces procédures peut amener des plaies en bouche (coupure, pincement de lèvres, irritation de gorge..) mais également des bris de dents naturelles ou de prothèses dentaires (luxation de dents, de pivots, bridge, cassure partielle ou totale).

C’est pourquoi il est impératif de renseigner le questionnaire sur votre état bucco-dentaire et de l’apporter en consultation d’anesthésie.

puceQuestionnaire

L’état bucco-dentaire participe aux risques de générer une infection lors de votre opération. En effet, la bouche, la peau et les urines sont les premières « portes d’entrée » des bactéries dans votre organisme. Des abcès dentaires ou des dents mal soignées peuvent favoriser l’infection durant votre séjours, tout particulièrement lors de chirurgie avec mise en place de matériel prothétique (prothèses de  hanche, genou, plaque pour hernie abdominale, prothèses mammaires, bandelettes urinaires, cataracte…..)

Votre état dentaire sera évalué par le médecin anesthésiste et il vous sera potentiellement demandé de consulter un dentiste ou de faire des radios dentaires avant certaines interventions.

Les risques liés au tabagisme

(d’après Congrès national d'anesthésie et de réanimation 2007. Conférences d'actualisation)

  • Le tabagisme actif accroît la morbidité respiratoire postopératoire. Une abstention de 6 à 8 semaines fait disparaître ce risque.
  • La fumée de tabac altère le processus de cicatrisation et favorise les complications chirurgicales postopératoires. Une abstention de 4 semaines réduit ce risque.
  • Le tabagisme majore le risque de complications infectieuses postopératoires. Un sevrage de 4 à 6 semaines réduit ce risque.
  • Le tabac retarde la consolidation osseuse et majore le risque de pseudarthrose après chirurgie orthopédique.
  • L'arrêt postopératoire du tabac a un effet bénéfique sur les processus de cicatrisation postopératoire et il diminue le risque de thrombose après pontage vasculaire périphérique.
  • Chez certains patients, dans les premières semaines de l'arrêt du tabac, la secrétion et les crachats bronchiques peuvent être majorés. Cependant il existe un bénéfice global pour le patient.
  • Les enfants exposés passivement à la fumée de tabac de leurs parents ont un risque majoré de complications respiratoires péri-anesthésiques.
  • Le patient doit toujours être encouragé à arrêter de fumer même s'il existe un court délai avant la chirurgie.
  • Les substituts nicotiniques peuvent faciliter la cessation du tabagisme en particulier en cas de dépendance importante. Ils n'ont que très peu d'interférence avec les agents de l'anesthésie
  • En cas de besoin vous pouvez contacter Tabac Infos Service

www.tabacinfoservice.fr    Tél 0 825 309 31