Symptômes et traitement de la fistule anale et de l'abcès de la marge anale

Cet article fait référence à la Chirurgie Viscérale et Digestive. Il a été rédigé par des chirurgiens viscéraux et digestifs exerçant à Mâcon.

Qu'est-ce que la fistule anale ? L'abcès ?

fistuleLes fistules anales et les abcès de la marge anale correspondent à une même maladie. L’apparition des fistules et des abcès se fait en plusieurs étapes successives.

Le stade initial correspond à l’infection d’une glande, située à la partie haute du canal anal, appelée crypte de MORGAGNI (1)

Le deuxième stade est une suppuration (2), qui diffuse à travers les tissus et les muscles qui entourent le canal anal (c’est la fistule), et qui s’ouvre à la peau entourant l’anus pour donner un abcès (3). Un abcès de la marge anale est toujours la conséquence d’une fistule anale .

Quels sont les signes ?

L’abcès :

Il se manifeste par l’apparition d’une petite boule, très inflammatoire, qui apparaît autour de l’anus. Cette tuméfaction est très douloureuse, empêchant le patient de s’asseoir. Elle peut s’accompagner de fièvre.

La fistule :

Elle ne provoque pas de douleur et se révèle généralement par un écoulement de pus par l’anus. L’apparition de la douleur annonce la formation d’un abcès de la marge anale. Cet abcès peut s’évacuer tout seul et la douleur disparaîtra spontanément. Mais, plus ou moins rapidement, une nouvelle poussée identique surviendra.

L’examen clinique retrouve une petite boule autour de l’anus, d’où coule du pus. Parfois la palpation de la région autour de l’anus permet de retrouver un petit cordon dur qui correspond au trajet de la fistule.

Le plus souvent, aucun trajet fistuleux ne peut être retrouvé à l’examen clinique et il faut  une intervention chirurgicale pour le mettre en évidence. Dans certains cas difficiles et très particuliers de fistules très profondes ou de fistules récidivantes, des examens radiologiques complémentaires seront nécessaires (IRM pelvienne).

Quel est le traitement ?

traitement_fistule

Le traitement des fistules anales et des abcès de la marge anale est toujours chirurgical. En effet, la guérison ne sera obtenue que lorsque le trajet de la fistule sera reconnu et supprimé. En aucun cas, la prescription seule d’antibiotiques ne pourra traiter la cause de la maladie.

L'intervention se réalise le plus souvent sous anesthésie générale, elle dure en moyenne une dizaine de minutes  dans les cas habituels. Il faut inciser l’abcès, évacuer le pus et si possible retrouver l’orifice primaire dans le canal anal, qui correspond au point de départ de la fistule.

Si le trajet de la fistule est superficiel, le traitement de l’abcès et de la fistule peut être réalisé pendant la même intervention. Par contre, si le trajet de la fistule est trop profond, traversant les muscles servant à la continence anale, il est préférable de ne traiter que l’abcès et de ne faire le traitement de la fistule que dans un deuxième temps. Bien entendu, le patient sera prévenu de cette possibilité avant l’intervention. Les patients conservent parfois autour de leur anus, un lien élastique pendant quelques jours après l’intervention, afin de permettre la cicatrisation musculaire et éviter des problèmes d’incontinence ultérieure.

Après l'intervention

Lorsque l'intervention est terminée, vous êtes transféré en salle de réveil On y surveillera votre état de conscience, votre pouls, votre saturation en oxygène, votre respiration. Le soir de l'intervention, vous serez levé. La durée d'hospitalisation est de 24 à 48 heures. Vous reprendrez l'alimentation le soir même de l’intervention et dès le lendemain de façon tout à fait normale.

Le pansement est surveillé, pendant votre convalescence, vous pourrez avoir une alimentation normale. Il n’y a pas lieu de donner de régime particulier en rapport avec l’intervention. Des médicaments contre la douleur vous seront systématiquement prescrits ainsi que des traitements facilitant le transit intestinal.

Aucune surveillance ultérieure n’est nécessaire en dehors de la consultation post-opératoire habituelle qui a lieu 1 mois après l’intervention.

Complications de l'intervention

Il existe des complications communes à toute intervention :

  • phlébite
  • embolie pulmonaire
  • hémorragie

L’existence d’un très volumineux abcès peut engendrer l’apparition secondaire de troubles de la continence anale. Des traitements, le plus souvent une kinésithérapie, sont alors entrepris et ce n’est que dans les cas extrêmes qu’un traitement chirurgical sera réalisé, par une équipe spécialisée dans les troubles de la continence.

La récidive des fistules anales est toujours possible et pose le problème d’une fistule anale dite complexe. Ces cas nécessitent la réalisation d’examens radiologiques complémentaires, tel une IRM pelvienne, à la recherche de trajets fistuleux inhabituels.

Les autres pathologies de la chirurgie viscérale et digestive