Pathologies de la vésicule biliaire

Cet article fait référence à la Chirurgie Viscérale et Digestive. Il a été rédigé par des chirurgiens viscéraux et digestifs exerçant à Mâcon.

La vésicule biliaire est située sous le foie ; elle est reliée au canal cholédoque, qui conduit la bile du foie à l’intestin ; elle sert de réservoir de bile entre les repas. Lorsque la bile s’écoule mal, il se forme des calculs. 30% sont asymptomatiques (ne donnent aucun signe). Ces calculs sont constitués surtout de cholestérol. Les autres maladies de la vésicule sont plus rares, polype et cancer.

Quels sont les signes de pathologie vésiculaire ?

La lithiase vésiculaire peut rester asymptomatique ou donner des crises de colique hépatique. Il existe une douleur dans l'hypochondre droit (en dessous des côtes à droite) parfois au milieu du ventre ou entre les épaules. Elle bloque la respiration, puis se calme en 1 à 6 heures. Elle peut  s’accompagner de vomissements.

Le diagnostic est fait par l'échographie qui montrera les calculs et cherchera des complications :

  • La cholécystite : un calcul devient obstructif au niveau vésiculaire.
    Il existe une infection et de la fièvre. Cela nécessite souvent une hospitalisation avec diète et antibiotiques.
  • La migration biliaire (angiocholite) : les calculs peuvent migrer dans le cholédoque et l'obstruer, provoquant ainsi un ictère (jaunisse). Il faut alors retirer le calcul qui obstrue le cholédoque par endoscopie puis secondairement enlever la vésicule.
  • La pancréatite aigüe : plus rare, il s'agit d'une complication grave. Lorsqu'un petit calcul migre dans le cholédoque, il peut obstruer le canal du pancréas et provoquer une pancréatite. Dans ce cas également il faut rapidement enlever le calcul par voie endoscopique. Cette complication peut entrainer un séjour prolongé en réanimation.

L'intervention : cholécystectomies

Toute vésicule lithiasique (calculeuse) symptomatique doit à priori être opérée du fait des risques liés à la migration des calculs.

L'intervention consiste à enlever la vésicule et les calculs qui sont dedans ; c'est une intervention courante. Elle se réalise dans la majorité de cas en cœlioscopie : A l'aide de 4 orifices de 5 à 10 mm, parfois un seul  (technique « one port »), le chirurgien insuffle l’abdomen avec du CO2 et introduit la caméra et les instruments. Cette intervention peut, dans certains cas très sélectionnés, se réaliser en ambulatoire. Elle se déroule sous anesthésie générale et dure, en général, de 30 minutes à 1 heure. L’abord peut dans tous les cas être transformé en une incision traditionnelle en raison de difficultés qui peuvent être rencontrées lors de l'intervention (hémorragie par exemple).

Lorsque l'intervention est terminée, vous serez transféré en salle de réveil. On y  surveillera votre état de conscience, votre pouls, votre saturation en oxygène, votre respiration et les drains éventuels. Exceptionnellement, vous pouvez avoir une sonde naso-gastrique c'est à dire un tuyau passant par le nez et qui va dans l'estomac pour aspirer son contenu. Vous pouvez également avoir des drains, c'est à dire des tuyaux qui vont aspirer les sécrétions qui pourraient s'accumuler dans l’abdomen.

Le soir ou le lendemain de l'intervention, vous serez levé. Les sondes et les drains, s'il y en a, seront progressivement enlevés. Vous reprendrez l'alimentation progressivement, en général le lendemain, en commençant d'abord par les boissons puis les aliments solides.
Il n'y a pas lieu de donner de régime alimentaire particulier lié à cette intervention. Il n'y a aucune conséquence sur votre digestion. Parfois peut être observée une diarrhée transitoire.

Progressivement vous pourrez reprendre une activité normale : au bout de 3 semaines si vous avez été opéré par cœlioscopie. Si vous avez été opéré par laparotomie  (par une incision classique), il faudra porter une ceinture abdominale et la reprise d'activités physiques se fera en moyenne 4 à 6 semaines après l'intervention. Il n'y a pas de surveillance particulière après une cholécystectomie simple hormis la consultation post opératoire systématique avec votre chirurgien.

  • Les soins sont réalisables en ambulatoire, Il faut noter que l’établissement est doté du système « one port », qui permet la réalisation de la cœlioscopie par une seule incision ; votre chirurgien vous exposera la technique, si votre cas le permet.

Les complications opératoires

Il s'agit des complications liées à toute chirurgie, c’est à dire phlébite, embolie pulmonaire, hémorragie, infection, occlusion et bride adhérentielle... Il est possible à titre exceptionnel d’avoir recours à une laparotomie, du fait de remaniements locaux ou d’adhérences.

Parmi les complications propres à la chirurgie de la vésicule, on cite :

  • Plaie des voies biliaires : Elle peut nécessiter une réintervention dans les suites.
  • Plaie des vaisseaux elle est en général reconnue lors de l'intervention et est réparée pendant le même temps opératoire.
  • Persistance d’un calcul résiduel nécessitant une prise en charge endoscopique
  • Abcès de paroi : parfois, on peut observer une suppuration d'un orifice de trocart surtout si la vésicule était infectée. Le traitement se fait par des pansements de paroi.

 

Les autres pathologies de la chirurgie viscérale et digestive